Dodin (1734-1803) un grand peintre sur porcelaine exposé à Versailles

Du 16 mai au 9 septembre 2012 dans le cadre d’une exposition exceptionnelle consacrée à Charles-Nicolas DODIN, très grand peintre sur porcelaine, une centaine d’oeuvres, des documents d’archives, des gravures, des portraits des commanditaires, des prêts en provenance des plus grandes institutions comme des collections royales d’Angleterre, du Danemark, le château royal de Varsovie, du Metropolitan Museum de New-York, du Musée de l’Ermitage à Saint Petersbourg, du Musée du Louvre, du Paul Getty Museum de Los Angeles et de plusieurs collections privées, seront présentés dans le cadre à la fois fastueux et intimiste du château de Versailles


Charles-Nicolas Dodin est assurément un des plus grands peintres sur porcelaine.

L’exposition de Versailles met en valeur la diversité de son style ainsi que se sources d’inspiration. Tout au long de sa longue carrière, il s’est adapté au goût de son époque qui évolue du style rocaille jusqu’au néo-classicisme, mais aussi aux formes de plus en plus audacieuses produites à Sèvres.
Son oeuvre reflète le luxe et la beauté des objets qui entouraient les aristocrates dans l’univers de Louis XV et Madame de Pompadour.

Charles-Nicolas est né à Versailles, rue de Satory (non loin du château); son père est marchand épicier et sa mère fille de marchand tapissier. Il étudie le Génie militaire mais abandonne cette voie puisqu’en 1754 (à 20 ans) il est embauché à la manufacture de Vincennes comme «peintre de figures», ce statut étant le plus élevé dans le hiérarchie des peintres de la manufacture.

En 1756 il y rencontre sa future épouse, Jeanne Chabry, fille d’un sculpteur de la manufacture.

Cette même année il suit le déménagement de Vincennes à Sèvres où s’installa la nouvelles manufacture crée grâce à Madame de Pompadour qui en a choisi le lieu avec Louis XV, en effet Sèvres est proche de Versailles mais aussi de Bellevue qui est la résidence préférée de la favorite.

Durant sa brillante carrière, Dodin participe aux commandes les plus prestigieuses : cadeaux diplomatiques pour Catherine II de Russie, Christian VII de Danemark. Louis XV et Louis XVI, mais aussi la famille royale, Madame de Pompadour puis Madame du Barry et bien d’autres seront acquéreurs de porcelaines décorées par Dodin. Celles-ci étaient parfois vendues au château de Versailles où se faisait tous les ans, au moment de Noël une exposition dans les appartements privés du roi, chacun pouvait les admirer et les acheter.

Dodin est également le premier à réaliser des plaques en porcelaine encadrées comme des toiles peintes pour décorer les murs. Ses oeuvres sont signées d’un K dont on ignore le sens.

Les grandes étapes de sa carrière

1754-1757 : le goût rocaille et François Boucher sont à la mode, ce dernier, Premier Peintre du Roi donne des dessins et des gravures à la manufacture qui les utilise comme modèles. Dodin peint des amours nus ou habillés en camaïeu bleu ou pourpre (le pourpre de cassius est obtenu avec de l’or), mais aussi en polychromie. Dodin pioche des éléments chez Boucher et les intègre à une création plus personnelles. Sa carrière débute, mais la maîtrise est déjà parfaite et la palette éclatante.

1758-1761 :« les tesnières» dominent, ce sont des scènes flamandes ou hollandaises inspirées de David Ténier le jeune (1610-1690), elles représentent des fêtes villageoises, kermesses ou des scènes de vie paysannes, ce genre était très en vogue et de grands collectionneurs en possédaient tels que Choiseul, Crozat ou La Live de Jully. Ces «tesnières» sont variées, colorées, Dodin fait preuve d’une grande habileté d’autant plus qu’il utilise les nouvelles couleurs de fonds mises au point à Sèvres à cette époque : le rose et le petit vert.

1760-1763 : Dodin exécute des décors chinois en grand nombre ; ses sources d’inspiration sont variées artistes français tels que François Boucher, mais aussi des sources chinoises par le biais de porcelaines ou émaux de Canton (non identifiés actuellement)

Sur les 26 pièces connues à décor chinois, toutes ont un bouquet de fleurs orientales, 15 ont été achetées par Madame de Pompadour et 4 par Louis XV.

Dodin réussit parfaitement dans ce genre, il recrée la perspective propre à l’art oriental ainsi que la nature et sa palette s’enrichit énormément.

Mais parallèlement, et pendant toute sa carrière il travaille d’après les maîtres contemporains : J-B Oudry, C. Van Loo, F. Boucher, F.H Drouais, J.H Fragonard et traite tous les genres de l’allégorie à la mythologie, en passant par la scène de genre.

Période révolutionnaire : c’est une période noire pour la manufacture qui ne reçoit plus de commandes. Dodin travaille donc à quelques scènes mythologiques et des sujets républicains imposés.

Mais nous savons par ailleurs qu’il travaille encore en 1792 au grand service commandé par Louis XVI en 1783 dont l’achèvement était prévu pour …1805! Sur les 198 pièces livrées, 123 sont au Château de Windsor, 3 au Château de Versailles, 1 au Musée du Louvre et les autres dispersées hors de France.

Cette exposition qui présente 142 oeuvres dont 104 de Charles-Nicolas Dodin est la première rétrospective d’un peintre de la manufacture de Sèvres au XVIII ème siècle. Dodin est d’ailleurs le seul peintre de Vincennes-Sèvres à ne jamais être tombé dans l’oubli, ses oeuvres ont toujours été recherchées par les collectionneurs et les amateurs, elles sont actuellement dispersées dans des collections internationales.

La porcelaine au XVIIIème siècle est une matière précieuse, c’est «l’or blanc» de l’époque. L’Europe entière a cherché à percer le secret de fabrication depuis que Marco Polo a rapporté de Chine à la fin du XIII ème siècle. Certains y ont réussi plus rapidement que d’autres ; en ce qui concerne la France, des essais ont été faits en divers lieux, par exemple le Prince de Condé avait créé une manufacture à Chantilly. A sa mort en 1740, quatre ouvriers se sauvent, rejoignent Paris Paris où ils seront à l’origine de Vincennes.

En effet ces ouvriers détiennent le secret pour faire une porcelaine qui surpasse, disent-ils, celles de Chine ou de Meissen. Vincennes ouvre donc en 1740, c’est une société par actions, le roi y a des parts. On y fait de la porcelaine tendre (sans kaolin) à partir de 1745. La composition et le traitement de la pâte tendre coûtent fort cher, la cuisson est longue (4 à 5 jours), celle des couleurs et de l’or sont délicates, donc la porcelaine est une matière rare et chère, mais en produire est essentiel pour éviter la sortie des devises provoquée par l’achat de pièces de Meissen ou de Chine.

En 1753, Louis XV détient un quart des actions et Vincennes devient Manufacture Royale.

En 1756 Sèvres remplace Vincennes, Louis XV en est le seul propriétaire

Mais la pâte tendre ne suffit plus, on cherche maintenant le secret de la pâte dure dite «bonne et naturelle» plus résistante aux chocs thermiques, qui ne se raie pas, qui, pensait-on, serait moins chère. Il fallait trouver le secret d’autant plus qu’en Europe d’autres produisaient déjà cette fabuleuse matière: Meissen par exemple depuis les années 1713 avec Böttger. Les aventures concernant les recherches sont nombreuses et le travail titanesque. Après des années d’essais laborieux concernant la composition de la pâte qui réussit grâce à la découverte du gisement de kaolin de Saint-Yriex, après avoir inventé un nouveau four rond à 4 alandiers (le four Guettard) qui permet une cuisson homogène et rapide, après avoir mis au point les nouvelles glaçures et recettes de couleurs, Sèvres réussit à produire la précieuse matière en 1769-1770 et les peintres de la manufacture par leur talent ont su mettre ces porcelaines dures ou tendres en valeur

Edwige Budka

Historienne d’art.

Conférencière au Musée du Château de Versailles et de Trianon ainsi qu’ au Musée de la Renaissance à Écouen.


SPLENDEUR DE LA PEINTURE SUR PORCELAINE

CHARLES-NICOLAS DODIN ET LA MANUFACTURE DE VINCENNES-SÈVRES AU XVIII ème SIÈCLE

CHÂTEAU DE VERSAILLES. Du 16 mai au 9 septembre 2012. Appartements de Madame de Maintenon et salle des Gardes du Roi


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus