Alfred, j’ai vu des jours où nous vivions en frères,


Servant les mêmes dieux aux autels littéraires :


Le ciel n’avait formé qu’une âme pour deux corps ;


Beaux jours d’épanchement, d’amour et d’harmonie,


Où ma voix à la tienne incessamment unie


Allait se perdre au ciel en de divins accords.



Qui de nous a changé ? Pourquoi dans la carrière


L’un court-il en avant, laissant l’autre en arrière ?


Lequel des deux soldats a déserté les rangs ?


Pourquoi ces deux vaisseaux qui naviguaient ensemble,


Désespérant déjà d’un port qui les rassemble,


Vont-ils chercher si loin des bords si différents ?



Je n’ai pas dévoué mon maître aux gémonies,


Je n’ai pas abreuvé de fiel et d’avanies


L’idole où mes genoux s’usaient à se plier :


Je n’ai point du passé répudié la trace,


J’y suis resté fidèle, et n’ai point, comme Horace,


Au milieu du combat jeté mon bouclier.



Non, c’est toi qui changeas.

Un nom qui se révèle


T’éblouit des rayons de sa gloire nouvelle.


Tu vois dans le bourgeon le fruit qui doit mûrir :


Mécène du Virgile et saint Jean du Messie,


Tu répands en tous lieux la saint Prophétie,


Tu sèmes la parole et tu la fais fleurir.

J

Je ne suis pas de ceux qui vont dans les orgies


S’inspirer aux lueurs blafardes des bougies,


Qui dans l’air obscurci par les vapeurs du vin,


Tentent de ranimer leur muse exténuée,


Comme un vieillard flétri qu’une prostituée


Sous ses baisers impurs veut réchauffer en vain.



C’est ainsi que j’entends l’œuvre de poésie :


Chacun de nous s’est fait l’art à sa fantaisie,


Chacun de nous l’a vu d’un différent côté

.
Prisme aux mille couleurs, chaque œil en saisit une


Suivant le point divers où l’a mis la fortune :


Dieu lui seul peut tout voir dans son immensité.



Conserve la croyance et respecte la nôtre,


Apôtre dévoué de la gloire d’un autre ;


Fais-toi du nouveau Dieu confesseur et martyr,


Ne crois pas que mon cœur cède comme une argile


Ni que ta voix, prêchant le nouvel Évangile,


Si chaude qu’elle soit, puisse me convertir.



Adieu. Garde ta foi, garde ton opulence.


Laisse-moi recueillir mon cœur dans le silence,


Laisse-moi consumer mes jours comme un reclus ;


Pardonne cependant à cette rêverie,


C’est le chant d’un proscrit en quittant la patrie,


C’est la voix d’un ami que tu n’entendras plus.

Félix ARVERS (1806-1850)


Félix ARVERS écrivit nombre de pièces de boulevard qui furent très populaires et connurent un grand succès. iI publia un recueil de poèmes, « Mes heures perdues « , probablement dédié à Marie Mennessier, la fille de Charles Nodier dont il était amoureux ( Elle fut peinte et servit de modèle à Deveria). Son poème “Le secret” est considéré comme un modèle du poème romantique et demeure la seule oeuvre que l’on se rappelle attachée à son nom. Ami de Musset et de Tattet, Félix Arvers fréquentait tout comme eux une société de dandies. P-A L

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus