Dans la belle salle des ventes de l’hôtel Marcel Dassault au rond-point des Champs-Élysées à Paris, toutes les chaises, toutes les places étaient prises pour la vente des dessins d’écrivains de la collection Pierre et Franca Belfond chez Artcurial (voir article paru) et le public averti goûtait avec une délectation gourmande tout autant la présentation des oeuvres, le nom des écrivains-artistes que les records d’enchères qui fusaient sous le maillet ravi du commissaire-priseur. Entre mondanité et cénacle littéraire Paris retrouvait une certaine chaleur et une joie de vivre stimulante dans cet hiver rigoureux.

Au fil du catalogue les enchères montaient et pas moins de six records furent à cette occasion enregistrés. Dans cet étourdissant palmarès le dessin d’Arthur Rimbaud représentant un Jeune cocher de Londres fut adjugé 285 000 €. Les manuscrits , textes ou support pour des oeuvres picturales conservent toujours un peu de l’esprit de celui qui en fut soit l’auteur soit le propriétaire, “Objets inanimés avez-vous … ” et ce dessin du à la main de Rimbaud fut conservé précieusement par Verlaine qui lui voua jusqu’à sa mort un intérêt et une tendresse marquée telle une relique

Un somptueux dessin de Jean Cocteau La Vierge au grand coeur a été enlevé à 217 400€

On attendait les dessins d’Apollinaire, les belles gouaches Le maréchal des logis au masque d’Espérance 62 500€ et le Portrait de Blaise Cendrars en uniforme dédicacé à Paul Guillaume 62 500€ furent préemptés par le Musée de l’Armée ; son autre autoportrait en cavalier décapité, une aquarelle datant de 1916, partit à 37 700€

Baudelaire aussi était de la fête grâce à un beau dessin à la plume de Jeanne Duval sa métisse maîtresse , on se rappelle :

 » Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées !

Que l’espace est profond ! que le coeur est puissant !

En me penchant vers toi, reine des adorées,

Je croyais respirer le parfum de ton sang.

Que les soleils sont beaux dans les chaudes soirées ! »

Ce dessin du visage de Jeanne fut vendu 68 694€

Toujours au dix-neuvième siècle un exceptionnel dessin ou plutôt une caricature de Verlaine par lui même avec annotation manuscrite fut vendu 43 900€. La fort drôle caricature à charge de Lamartine par Carjat estimée à 1500€ vendue 6 100€

Il faut aussi citer le portrait de Max Jacob par Cocteau estimé à 4000€ et vendu 10 200€, La scène japonaise avec samouraïs de Max Jacob estimée à 4000€ et qui partit pour 10 800€. Deux dessins de Tristan Tzara ont notoirement dépassé les estimations à 4000€ chacun pour atteindre respectivement 19 000 et 16 000€

Elsa Weiller

à Paris.


Illustration: Dessin de Guillaume Apollinaire, »Le Maréchal des logis au masque d’Espérance »

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus