Le samedi 6 novembre 1755 Lisbonne ville de 235 000 habitants est frappé par de violentes secousses telluriques et plusieurs raz de marée, un gigantesque incendie provoqué par le tremblement de terre embrase la capitale du Portugal. On dénombre 60 000 morts.

Le tremblement de terre est ressenti dans toute l’Europe, entraînant des oscillations jusque dans les lochs écossais et les lacs suisses. Les religieux et les philosophes de tout le continent y voient l’occasion de débattre de la miséricorde divine et des mérites de la civilisation urbaine.

  • Voltaire l’année suivante compose ce poème sur «Le désastre de Lisbonne» qu’il destinait à Rousseau, puis dans “ Candide ” publié en 1759 il situe un épisode du livre à Lisbonne le jour même du tremblement de terre. « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes » disait Leibnitz. Voltaire sous sa faconde ironise et brocarde les éternels optimistes, les dévots, les donneurs de leçon, les moralisateurs et autres bien-pensants, c’était hier ou presque … !

O malheureux mortels ! ô terre déplorable !

O de tous les mortels assemblage effroyable !

D’inutiles douleurs éternel entretien !

Philosophes trompés qui criez : « Tout est bien » ;

Accourez, contemplez ces ruines affreuses,

Ces débris, ces lambeaux, ces cendres malheureuses,

Ces femmes, ces enfants l’un sur l’autre entassés,

Sous ces marbres rompus ces membres dispersés ;

Cent mille infortunés que la terre dévore,

Qui, sanglants, déchirés, et palpitants encore,

Enterrés sous leurs toits, terminent sans secours

Dans l’horreur des tourments leurs lamentables jours !

Aux cris demi-formés de leurs voix expirantes,

Au spectacle effrayant de leurs cendres fumantes,

Direz-vous : « C’est l’effet des éternelles lois

Qui d’un Dieu libre et bon nécessitent le choix ? »

Direz-vous, en voyant cet amas de victimes :

« Dieu s’est vengé, leur mort est le prix de leurs crimes ? »

Quel crime, quelle faute ont commis ces enfants

Sur le sein maternel écrasés et sanglants ?

Lisbonne, qui n’est plus, eut-elle plus de vices

Que Londres, que Paris, plongés dans les délices :

Lisbonne est abîmée, et l’on danse a Paris.

Tranquilles spectateurs, intrépides esprits,

De vos frères mourants contemplant les naufrages,

Vous recherchez en paix les causes des orages :

Mais du sort ennemi quand vous sentez les coups,

Devenus plus humains, vous pleurez comme nous.

Croyez-moi, quand la terre entr’ouvre ses abîmes,

Ma plainte est innocente et mes cris légitimes.

Partout environnés des cruautés du sort,

Des fureurs des méchants, des pièges de la mort,

De tous les éléments éprouvant les atteintes,

Compagnons de nos maux, permettez-nous les plaintes.

C’est l’orgueil, dites-vous, l’orgueil séditieux,

Qui prétend qu’étant mal, nous pouvions être mieux.

Allez interroger les rivages du Tage ;

Fouillez dans les débris de ce sanglant ravage ;

Demandez aux mourants, dans ce séjour d’effroi,

Si c’est l’orgueil qui crie : « O ciel, secourez-moi !

O ciel, ayez pitié de l’humaine misère ! »

« Tout est bien, dites-vous, et tout est nécessaire. »

Quoi ! l’univers entier, sans ce gouffre infernal,

Sans engloutir Lisbonne, eût-il été plus mal ?

Êtes-vous assurés que la cause éternelle

Qui fait tout, qui sait tout, qui créa tout pour elle,

Ne pouvait nous jeter dans ces tristes climats

Sans former des volcans allumés sous nos pas ?

Borneriez-vous ainsi la suprême puissance ?

Lui défendriez-vous d’exercer sa clémence ?

L’éternel artisan n’a-t-il pas dans ses mains

Des moyens infinis tout prêts pour ses desseins ?

Je désire humblement, sans offenser mon maître,

Que ce gouffre enflammé de soufre et de salpêtre

Eût allumé ses feux dans le fond des déserts.

Je respecte mon Dieu, mais j’aime l’univers.

Quand l’homme ose gémir d’un fléau si terrible,

Il n’est point orgueilleux, hélas ! il est sensible.

Les tristes habitants de ces bords désolés

Dans l’horreur des tourments seraient-ils consolés

Si quelqu’un leur disait : « Tombez, mourez tranquilles ;

Pour le bonheur du monde on détruit vos asiles ;

D’autres mains vont bâtir vos palais embrasés,

D’autres peuples naîtront dans vos murs écrasés ;

Le Nord va s’enrichir de vos pertes fatales ;

Tous vos maux sont un bien dans les lois générales ;

Dieu vous voit du même oeil que les vils vermisseaux

Dont vous serez la proie au fond de vos tombeaux ? »

A des infortunés quel horrible langage !

Cruels, à mes douleurs n’ajoutez point l’outrage.

Non, ne présentez plus à mon cœur agité

Ces immuables lois de la nécessité,

Cette chaîne des corps, des esprits, et des mondes.

O rêves des savants ! ô chimères profondes !

Dieu tient en main la chaîne, et n’est point enchaîné;

Par son choix bienfaisant tout est déterminé :

Il est libre,

il est juste, il n’est point implacable.

Pourquoi donc souffrons-nous sous un maître équitable ?

Voilà le nœud fatal qu’il fallait délier.

Guérirez-vous nos maux en osant les nier ?

Tous les peuples, tremblant sous une main divine,

Du mal que vous niez ont cherché l’origine.

Si l’éternelle loi qui meut les éléments

Fait tomber les rochers sous les efforts des vents,

Si les chênes touffus par la foudre s’embrasent,

Ils ne ressentent point les coups qui les écrasent :

Mais je vis, mais je sens, mais mon cœur opprimé

Demande des secours au Dieu qui l’a formé.

Enfants du Tout-Puissant, mais nés dans la misère,

Nous étendons les mains vers notre commun père.

Le vase, on le sait bien, ne dit point au potier :

« Pourquoi suis-je si vil, si faible et si grossier ? »

Il n’a point la parole, il n’a point la pensée ;

Cette urne en se formant qui tombe fracassée,

De la main du potier ne reçut point un cœur

Qui désirât les biens et sentît son malheur.

Ce malheur, dites-vous, est le bien d’un autre être.

De mon corps tout sanglant mille insectes vont naître ;

Quand la mort met le comble aux maux que j’ai soufferts,

Le beau soulagement d’être mangé des vers !

Tristes calculateurs des misères humaines,

Ne me consolez point… ( à suivre ! )

VOLTAIRE 1694-1778


ECOUTER VOIR

«Candide ou L’optimisme» de Voltaire. chapitre 6

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus