————-

– Mais tu brûles !

Prends garde, esprit !

Parmi les hommes,


Pour nous guider, ingrats ténébreux que nous sommes,


Ta flamme te dévore, et l’on peut mesurer


Combien de temps tu vas sur la terre durer.


La vie en notre nuit n’est pas inépuisable. 


Quand nos mains plusieurs fois ont retourné le sable


Et remonté l’horloge, et que devant nos yeux 


L’ombre et l’aurore ont pris possession des cieux 


Tour à tour, et pendant un certain nombre d’heures,


Il faut finir.

Prends garde, il faudra que tu meures.


Tu vas t’user trop vite et brûler nuit et jour !


Tu nous verses la paix, la clémence, l’amour,


La justice, le droit, la vérité sacrée, 


Mais ta substance meurt pendant que ton feu crée.


Ne te consume pas !

Ami, songe au tombeau !

– 
Calme, il répond : – je fais mon devoir de flambeau.


VICTOR HUGO (1802-1885)

in L’âne


Illustration. Dessin d’ André Gill(1840-1885), représentant Victor Hugo en exil et paru dans« L’éclipse» (ce journal succéda à «La Lune» et fut édité entre 1868 et 1876)


Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus