Rossignol mon mignon

Rossignol mon mignon, qui dans cette saulaie

Vas seul de branche en branche à ton gré voletant,

Et chantes à l’envie de moi qui vais chantant

Celle qui’il faut toujours que dans la bouche j’aie.


Nous soupirons tous deux; ta douce voix s’essaie

De sonner les amours d’une qui t’aime tant,

Et moi triste je vais la beauté regrettant

Qui m’a fait dans le coeur une si aigre plaie.


Toutefois, Rossignol , nous différons d’un point

C’est que tu es aimé, et je ne le suis point,

Bien que tous deux ayons les Musiques pareilles:


Car tu fléchis t’amie au doux bruit de tes sons,

Mais la mienne qui prend à dépit mes chansons

Pour ne les écouter se bouche les oreilles.


Pierre de RONSARD (1524-1585)


ECOUTER-VOIR

Chants de la Renaissance sur le poème de Ronsard

Duo pour flute et voix. Albert Roussel (1869-1937)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus