Absence

Ce n’est pas dans le moment

où tu pars que tu me quittes.

Laisse-moi, va, ma petite,

il est tard, sauve-toi vite!

Plus encor que tes visites

j’aime leurs prolongements.

Tu m’es plus présente, absente.

Tu me parles. Je te vois.

Moins proche, plus attachante,

moins vivante, plus touchante,

tu me hantes, tu m’enchantes!

Je n’ai plus besoin de toi.

Mais déjà pâle, irréelle,

trouble, hésitante, infidèle,

tu te dissous dans le temps.

Insaisissable, rebelle,

tu m’échappes, je t’appelle.

Tu me manques, je t’attends !


Paul GÉRALDY ( 1885_1983)

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

Notre site utilise des 'cookies' pour améliorer votre expérience et son utilisation. Si vous le refusez vous pouvez les désactiver. Accepter En savoir plus